L’edge computing et le réseau 5G : quel est le lien ?

Comme son nom l’indique, le 5G est le réseau mobile de cinquième génération. Sa technologie révolutionnaire permettra un délai de latence 50 fois moins élevé et des vitesses de transmission jusqu’à 20 fois plus rapides que sur la technologie 4G utilisée actuellement.

L’implantation du 5G a lieu présentement un peu partout à travers le monde. Au Japon, la technologie est en évaluation depuis 2010 et son déploiement complet est prévu pour 2020. En Allemagne, on prévoit que 90 % de la population du pays sera couverte par le 5G dès 2025. En Italie, le réseau est opérationnel depuis peu à Naples, Bologne, Milan, Turin et Rome, et on prévoit qu’il sera déployé dans 100 villes italiennes d’ici 2021.

Qu’en est-il de l’Amérique du Nord ? On commencera son implantation dès 2020. Selon les prévisions, 32 % des connexions mobiles nord-américaines se feront sur le 5G dès 2023.

La relation entre le réseau 5G et l’informatique en périphérie

Bien que ce soit deux technologies indépendantes l’une de l’autre, combinées, elles ouvriront la porte à des possibilités technologiques presque infinies.

On sait que la grande force de l’edge computing est de traiter les données localement en périphérie du réseau, réduisant ainsi le temps de latence. Mais jumelé aux capacités du réseau 5G, le pouvoir de l’informatique en périphérie sera décuplé, et vice-versa.

Particulièrement utile — et même essentiel selon certains — pour l’internet des objets (IoT), l’edge computing pourrait dorénavant traiter beaucoup plus d’informations, beaucoup plus rapidement. Puisque le 5G a un délai de réaction 50 fois moins élevé pour 500 fois plus d’appareils connectés, il permettrait de traiter un million de dispositifs par kilomètre carré, comparativement à 2 000 actuellement.

On prévoit que d’ici la fin de 2019, 20 milliards d’objets connectés seront en circulation dans le monde. C’est grâce à l’edge computing propulsé par le 5G que les infrastructures sans fil pourront supporter tous ces téléphones, montres, véhicules, drones, etc.

Le réseau 5G et l’informatique en périphérie visent tous deux le même objectif : diminuer au maximum le temps de latence. C’est déjà ce que fait l’edge computing en traitant et en stockant les données en dehors du réseau central. C’est exactement là où il prendra toute son importance. En traitant l’information le plus près possible des antennes du réseau 5G, la distance de déplacement des données est réduite et la vitesse de connexion est largement augmentée.

Vers un traitement des données en temps réel

La diminution du temps de latence est un facteur déterminant pour la qualité de la réalité virtuelle (VR) et de la réalité augmentée (AR). Ces technologies nécessitent une latence de moins de 20 millisecondes pour un fonctionnement optimal et l’edge computing y joue un rôle-clé. Le 5G, avec sa promesse de réduire le temps de latence à 1 ou 2 millisecondes, apportera une amélioration considérable aux technologies des VR/AR. C’est particulièrement vital dans le cas des chirurgies pratiquées à distance, où la réduction du temps de latence est un élément crucial à la réussite de l’opération.

Source: CNBC International

Les nouvelles applications de l’IoT, incluant notamment les communications en temps réel, font appel à un modèle hybride qui utilise à la fois l’informatique en périphérie, le cloud et les centres de données traditionnels. La puissance du réseau 5G sera essentielle pour connecter les appareils de périphérie et les centres de données de tous types.

C’est le cas par exemple pour les véhicules autonomes. Grâce au edge computing, l’ordinateur de la voiture assurera une sécurité accrue, entre autres en gérant la circulation aux intersections et en évitant les accidents de la route. Toutefois, la planification des itinéraires et les décisions qui en découlent dépendront du cloud. Et c’est le 5G qui améliorera la communication entre les deux pour assurer un contrôle en temps réel.

 

Conclusion

Le déploiement du réseau 5G ne pourra être réussi sans une infrastructure d’informatique en périphérie globale. En effet, cette dernière y jouera un rôle de premier plan, notamment en matière de traitement de données, de stockage et de sécurité.

L’informatique en périphérie et le 5G font maintenant partie de la réalité. Vous devez évaluer en profondeur chaque composante de votre réseau, puisqu’il ne sera jamais plus fort que son élément le plus faible. Par exemple, les serveurs situés dans les nœuds en périphérie doivent pouvoir répondre aux exigences élevées en matière de haute performance et de faible latence, notamment des disques SSD rapides, des processeurs accélérés, des entrées-sorties (I/O) rapides, des cartes réseaux à bande passante élevée, des conteneurs optimisés et des architectures efficaces. Une analyse approfondie du réseau est primordiale, sans quoi l’ultime avantage du 5G, soit la faible latence, sera compromis.

Pour savoir comment profiter des bénéfices de l’edge computing grâce à nos solutions de système évolutif pour environnement multiserveur, contactez un de nos experts.

Cloud Realité Augmentee Réalité Virtuelle faible latence informatique en périphérie internet des objets

Odyze Wright

Odyze Wright

I write about what's interesting and what's not. I write about current and what's not. Lastly, your suggestions are more than welcomed!

View all articles