L'avenir de la virtualisation est-il sans serveur?

Switch to English Version

L'informatique sans serveur, également appelée FaaS — Fonctions en tant que service — est disponible depuis environ 2014, mais est-ce l'avenir de la virtualisation dans les environnements d'entreprise ?

Où est le serveur ?

Les termes « sans serveur » et « FaaS » sont utilisés indifféremment pour désigner des conteneurs infonuagiques légers. FaaS est également disponible en option sur site.
 
Malgré le nom « sans serveur », il existe nécessairement des serveurs configurés avec des machines virtuelles et des conteneurs. Krishnan Subramanian a déclaré clairement : « Tout d'abord : l’informatique sans serveur a besoin de serveurs. »

Misant sur les avantages des conteneurs

Les conteneurs constituent l'avancée la plus récente de la virtualisation de serveur car ils « utilisent beaucoup moins de ressources que les machines virtuelles », ce qui signifie qu’« un seul serveur peut héberger beaucoup plus de conteneurs que de machines virtuelles ». (Source)  

Selon Paul Rubens, « le principal avantage est que les machines virtuelles peuvent prendre plusieurs minutes pour démarrer leurs systèmes d'exploitation et commencer à exécuter les applications qu'elles hébergent, tandis que les applications conteneurisées peuvent être démarrées presque instantanément, ce qui signifie que les conteneurs peuvent être exemplifiés à la mode « juste à temps » et peuvent disparaître quand ils ne sont plus nécessaires, libérant ainsi les ressources de leurs hôtes. »

L'informatique sans serveur exploite le démarrage et l'arrêt rapides des conteneurs.

« Le FaaS est le concept de l'informatique sans serveur grâce à des architectures sans serveur. Les développeurs de logiciels peuvent en tirer parti pour déployer une « fonction » individuelle, une action ou une partie de la logique commerciale. » (Source)  

Pourquoi choisir l’informatique sans serveur ?

L’informatique sans serveur intéresse les entreprises pour deux raisons :

  1. La gestion de coûts
  2. L’évolutivité

  1. La gestion de coûts

Le modèle de facturation basé sur la consommation est une caractéristique attrayante de l'informatique sans serveur. Vous êtes facturé uniquement pour le temps que le serveur exécute réellement son code. Un événement externe lance l'exécution du code puis, une fois que le code a été exécuté, les ressources sans serveur sont arrêtées. Puisque le temps de démarrage est compris entre 100 et 300 millisecondes et que le temps d'arrêt est à peu près le même, le temps facturable est très court.  

  1. L’évolutivité

En raison de leur petite taille et de leur chargement rapide, plusieurs fonctions sans serveur évoluent automatiquement en réponse à la demande en temps réel.

Cas d'utilisation

L’évolutivité élastique est l’un des principaux facteurs qui incitent les services informatiques à prendre en compte l’informatique sans serveur. Cependant, toutes les applications ou fonctions ne tireront aucun avantage de la technologie sans serveur.

Les applications doivent être basées sur des événements. Comme indiqué ci-dessus, le calcul sans serveur fonctionne bien avec « une partie de la logique commerciale » et excelle vraiment avec des charges de travail pouvant être éclatées en réponse à une demande de pointe.

Les types de fonctions comprennent :

  • Redimensionnement d’image (médias et divertissement)
  • Surveillance des registres (fabrication)
  • Envoi d’alertes (centre de données hyperscale)
  • Transactions volumineuses (vente au détail et finance)
  • Applications Web (tous les domaines)

 

À titre d’exemple, le redimensionnement et la manipulation d’images numériques conviennent bien au calcul sans serveur, car les fonctions peuvent être répétées avec des parties de code réutilisables. Le redimensionnement des images, tel que la création de vignettes à partir d'une image plus grande, peut être effectué dans Photoshop, mais il s'agit d'un processus manuel.

PBS.org a automatisé la manipulation d'images à l'aide de son service de transformation d’image sans serveur sur une plateforme FaaS et offre le code en source libre. Le service effectue le recadrage et le redimensionnement de l'image, ajoute des superpositions et peut modifier les formats de fichier.

Procédez prudemment 

Avant de sauter sur la tendance sans serveur, faites attention à ce qui suit :

Dépendance d’un fournisseur

La dépendance d’un fournisseur est l’une des principales préoccupations des entreprises qui envisagent une implémentation sans serveur dans le nuage, car bon nombre des fonctions offertes par les fournisseurs constituent leur produit exclusif.

« Si vous en avez marre de l’un de ces nuages, vous êtes pratiquement bloqué. Il n’est pas facile de simplement extraire votre code et de l’exécuter sur un serveur de produits ailleurs. […] Si vous êtes chanceux, vous pouvez dupliquer la même architecture brute et les mêmes fonctions JavaScript de base, mais après cela, vous allez réécrire le « glue code » de la base de données partout », prévient Peter Wayner

Absence de contrats de niveau de service et préoccupation relative à la latence de démarrage

Dans leur livre blanc de 2017 sur l'état de l'informatique sans serveur, les auteurs ont noté l'absence de contrats de contrat de niveau de service pour les fonctions sans serveur et d'un problème de latence : « De plus, le manque actuel d’accords de niveau de service pour le calcul sans serveur peuvent le rendre peu attrayant pour les applications sensibles au temps de latence pour les gouvernements, les soins de santé et les banques. L’informatique sans serveur ne gérera pas le 911 dans un proche avenir ou tant que les contrats de niveau de service ne seront pas résolus. »

Difficulté d’évaluer les coûts

L’évaluation des coûts peut être un défi. En fait, Benny Bauer dit qu’il est « impossible de limiter les coûts. Bien que la durée des fonctions liées aux fournisseurs de FaaS et leurs exécutions simultanées, cela peut être un gouffre de dépenses. Imaginez ce qui se passera si votre service est sous une attaque par déni de service - vos fonctions évolueront hors contrôle et les coûts vont monter en flèche»

Une alternative : FaaS sur site

En guise d'alternative à l’informatique sans serveur basée sur le nuage, vous pouvez également exécuter votre propre FaaS sur site sans vous soucier de la dépendance des fournisseurs, des contrats de niveaux de service et des dépassements de coûts inattendus.

« Les directeurs financiers et certains décideurs d'entreprise pourraient préférer la prévisibilité des coûts et sont à l'aise avec les modèles de tarification des offres sur site. » (Source)

Une recherche menée par RedHat en 2018 indiquait que « 72% des entreprises doivent toujours contrôler de manière centralisée les environnements de conteneurs non autorisés, afin de pouvoir garantir des accords de niveau de service, la sécurité, la conformité aux règles, la performance et le rapport coûts-efficacité. »

Une solution sur site résout les problèmes de sécurité et de conformité : vous savez exactement où se trouvent les données, tout en veillant au respect des règles et réglementations telles que HIPPA, PCI et SOC - pour ne citer que celles-ci.

Le serveur en châssis 2U TITAN 2208-G4 de CIARA, propulsé par un double processeur Xeon® d’Intel® avec une possibilité de 8 disques remplaçables à chaud, correspond aux exigences de votre machine virtuelle, votre conteneur et votre informatique sans serveur.

Conclusion

Est-ce que l’informatique sans serveur est l’avenir de la virtualisation ? Non. Cela fait partie de l’avenir : une autre dans la liste des options de déploiement de serveurs -- autonome, machine virtuelle, conteneur et maintenant sans serveur. Pour choisir la bonne solution, il faudra d'abord comprendre les fonctions à prendre en charge par l'informatique sans serveur et les exigences d'évolutivité à la demande.

Pour vous guider dans la sélection de la solution de serveur adaptée à vos besoins en matière de virtualisation, contactez un représentant de CIARA

Intel Xeon TITAN FaaS virtualisation conteneur

Odyze Wright

Odyze Wright

I write about what's interesting and what's not. I write about current and what's not. Lastly, your suggestions are more than welcomed!

View all articles